Poésies par Anne Geffroy

Je vais vous parler de ce poisson
Aux écailles comme une caresse dans l’eau


Ce poisson aux hallucinations
N’est pas banal, un peu bancal.


Je ne vais pas ameuter la population
Pour ce poisson en dépression


Il m’explique sa situation
Je tourne en rond


Je pleure des larmes sans sel
J’ouvre mes yeux bleu-ciel


Je vois à l’horizon
Courir le crayon


Je ne peux écrire que je me promène
Que je me parfume, que je chante


Je ne peux écrire que je m’enroule
Que je me cogne, que je tape, que je crie


Je ne peux écrire que je me repose
Que je dors, que je ris, que j’existe.


Alors me dit-il
Ecris pour moi.

Mes soeurs, mes frères en écriture
Je vous connais si peu et tellement
J’entends des rires
S’entrelaçant dans une farandole


Je pleure sous un nuage dehors
Comme la pluie tombe
Je vous chante la lourdeur de mon pas dans le sable
La tête au vent en toute légèreté
Sorcière de l’émotion dans les ténèbres


Je vous dessine la vague étalée
Comme un voile de mariée
La brume lui sert de refuge


Oublieuse de l’horizon égrené de nuages
Ici mon voyage en solitude
Dans le pays des rêves, au pays du soleil qui rêve et la lune qui illumine


Face au rocher échoué
Blessé dans ses anfractuosités
Que vient apaiser la naissance de la joie


Mes soeurs, mes frères en écriture
Je vous écris, en papier de soie,
L’horizon où se noient inexplorés
Les ventres enroulés en dépression


Je me repose pendant le vent
Qui me regarde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s