Dialogues d’ignorants

== Dialogue d’ignorants ==
— Pourquoi riez-vous ?
— Je l’ignore. Et vous ? Pourquoi ne riez-vous pas ?
— Mais enfin Monsieur, comment voulez-vous que je rie alors que j’ignore si je ne vais pas
mourir demain, si le covid a disparu de Quimper et si Dieu existe ou pas.
— C’est justement la raison pour laquelle je ris, voyez-vous. Parce que je ne sais pas.
— Comment ça vous ne savez pas ?
— J’ignore de quoi demain sera fait alors je préfère rire. D’autres écrivent pour oublier
qu’ils ignorent tout de ce qu’ils ne savent pas encore. Moi, je ris. Et vous, comment faitesvous
?
— Ma foi Monsieur, enfant déjà, j’ignorais quel adulte je deviendrais, et adulte j’ignore
quelle sorte de vieux je serai, mais ce que je sais c’est que je ne ris pas pour rire. Non, je
ris pour une raison. Une raison connue de moi et des autres. On ne peut rire de ce que
l’on ignore.
— Mais parfois on ignore pourquoi on rit. Et c’est encore meilleur que lorsque l’on sait. On
se laisse surprendre par son ignorance. Le rire se propage alors comme une vague et plus
personne ne sait pourquoi il a commencé à rire.
— Monsieur, j’avoue être troublé par tant d’ignorance. Je pensais qu’un homme de votre
intelligence, de votre culture et de votre éducation saurait me dire pourquoi il rit. Je sais
que vous n’ignorez rien des mathématiques, ni du langage de sourds à leur naissance
alors comment Diable se fait-il que vous ignorez la raison de votre rire ?
— A vrai dire, j’ignore pourquoi les hommes ne préfèrent pas en rire puisque de toute
façon ignorants nous sommes, ignorants nous resterons. Le vide de mon ignorance me
pousse à rire. Et vous quel style d’ignorant êtes-vous ? Un ignorant sceptique, qui doute
de tout ce qu’il ignore ou au contraire un ignorant convaincu qu’il vaut mieux parfois
ignorer que savoir ?
— Monsieur, maintenant que j’y pense, je suis un peu des deux. Je préfère ignorer si ma
femme me trompe mais je suis sûr que ce que je ne sais pas ne peut pas être ignoré pour
toujours. Einstein lui-même n’a pu ignorer la relativité du temps E = MC2. Tout ce qui
s’ignore se révèle un jour. Et il n’y a pas forcément de quoi en rire.
— Je comprends que vous êtes plutôt du genre ignorant sceptique. Je préfère ignorer si
j’ai raison ou non et me complais dans l’ampleur de mon ignorance. Que voulez-vous ?
Toutes les ignorances ne sont pas bonnes à savoir. Et les ignorants à connaître. Mais je
vous invite vivement à ignorer vos ignorances. C’est grâce au rire que je suis parvenu à
les ranger tout au fond de mon cerveau. Même si j’ignore comment il fonctionne, mes
ignorances s’y sont installées il y a longtemps déjà et je les y ai oubliées. J’ai constaté que
plus je riais, plus je les oubliais. Voilà, vous savez tout. Je n’ai plus qu’à vous saluer. Et si
jamais il m’arrivait de vous croiser et de vous rire au nez, ne vous en offensez pas. C’est
que j’ignorais que ce fût vous et que je vous aurais confondu avec l’un de ces ignorants de
l’IM2A1.  Laure

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s