Le petit gardien du jardin de Françoise Macy

LE PETIT GARDIEN DU JARDIN

Un râteau appuyé contre les poteaux tenant les cordeaux, des outils traînant

dans les allées envahies d’herbe sauvage, voilà le lieu de vie de Petit épouvantail. Le vent

souffle dans ses oreilles et la pluie mouille ses cheveux de paille.

Même si il est très fatigué, qu’il souhaiterait s’allonger dans les buissons où

nichent les oiseaux, il n’en n’a pas le droit. Il ne peut pas dormir, il doit protéger les semis,

semailles, graines qui libèrent le début de floraison dans le potager. Les tuteurs commencent

à se couvrir de pousses jeunes et tendres. Une abondante frondaison habille les arbres,

permettant aux oiseaux de s’y cacher.

Un banc de jardin à la peinture écaillée, proche d’un arbrisseau, sert de

repos aux rouge-gorges et aux grives. Les grosses corneilles et corbeaux scrutent en

croassant les légumes bientôt à maturité. Mais ils n’osent pas approcher, car ils ont très peur

de Petit Epouvantail. Avec son nez crochu, ses yeux décousus et ses dents pointues, il est

vraiment effrayant.

D’un seul regard, il fait s’enfuir ces grands oiseaux noirs qui ne

deviennent alors que des ombres. Ils volent en bande, se perchent sur le toit de la cabane

en bois, sur la tonnelle ou sur la margelle du puits. Le seau et l’arrosoir y attendent le

jardinier.

Petit Epouvantail s’aperçoit que les précieuses citrouilles, dont il

est le gardien, sont presque mûres grâce aux eaux de pluie et que bientôt, les enfants de

l’école viendront les cueillir pour Halloween. Les grandes feuilles continueront à régaler les

loches, limaces, vers, asticots. Les abeilles et frelons butineront sereinement les fleurs

tardives.

Par un matin ensoleillé, Petit Epouvantail entendit au loin le rire des

enfants, il secoua son chapeau de plaisir. Les enfants se ruèrent comme une nuée de

hannetons sur les grosses citrouilles orangées.. Lorsqu’elles seront toutes cueillies, pensa

Petit Epouvantail, je pourrai enfin me reposer et dormir comme un hérisson.

Malheureusement, une petite citrouille avec de jolies tiges vertes et

un nez retroussé, restait là, toute seule, près de la ganivelle. Petit Epouvantail la réconforta

et la protégea des oiseaux, espérant de tout cœur que le jardinier viendrait la ramasser. Mais

le jour d’Halloween, la petite citrouille était toujours là, elle allait rater la fête.

Soudain, Petit Epouvantail sent qu’on le transporte. Il s’agite dans

tous les sens et en perd son chapeau troué où des pétales de roses se sont posés. Le jardinier

retourne le ramasser, et sous le chapeau, il découvre la citrouille.

Elle est si belle qu’il l’installe sur le rebord de sa fenêtre. Ce soir,

tous les enfants verront la petite citrouille au nez retroussé, avec Petit Epouvantail à ses côtés.

Françoise Macy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s