Le cœur des chiffres de Yves Thomazo

Le cœur des chiffres.

IVXLCDM.
Ne me prenez pas au mot, il est imprononçable !
Ne prenez pas, non plus, ces chiffres à la lettre. Mais en bons romains, il faut l’avouer, ils sont forts, ces chiffres!
A VII romains, ils font le travail de 10 arabes !
Vous me connaissez, je ne suis pas raciste. Mais seulement partisan du moindre effort, j’ai choisi mon camp : celui des chiffres arabes.
Les voici devant moi, à faire chacun leur numéro : une rangée de dix.
Le premier ? Aïe ! ça commence mal : une bille . Que dis-je ? une bulle ! Creux , vide, Un bon à rien. Un nul. Zéro.
Au suivant ! Le 1 se présente. Ah, c’est mieux. Lui, au moins, il se tient droit, raide, strict : une vraie tête de vainqueur, de premier de la classe ! Mais il est bien seul, et il a l’air si triste. Il n’a donc pas de copains ?
Ce n’est pas comme le prochain…Euh, les prochains devrais-je dire, ils sont 2 ! Jamais l’un sans l’autre. Un couple inséparable. Les deux Dupon ?, en quelque sorte.
Avançons. Tiens, ceux-là, c’est bizarre, il me faut quatre lettres pour les épeler. Pourtant je n’en vois que 3 ! On dirait des mousquetaires. Je les aime beaucoup ces trois là.
Puis vient le 4. Un carré de deux, tout est trop parfait, trop rigide, pas un poil qui dépasse. Pas la peine d’essayer de lui couper les cheveux en quatre, dans le sens de la longueur, à celui là ! D’ailleurs, il n’a ni longueur, ni largeur !
Trop rigoureux pour moi . Je vois bien que le quatre n’est pas un poète et qu’il ne me pardonnera aucune fantaisie. Je n’aime pas le 4. Entre nous, ça ne tournerait pas rond, je le pressens. Je crois qu’il serait capable de me rendre malade. Ne m’en parlez plus du 4. S’il vous plaît. Merci.
D’ailleurs, je m’arrête ici avec les chiffres arabes, car le seul fait de vous en parler, du 4, je ne suis plus dans mon assiette ! Parce que les chiffres, on peut, si on le veut, en mettre à toutes les sauces. Des chiffres pas toujours faciles à avaler. La taille, le poids, l’âge… oui l’âge…parfois, ça ne passe plus. Le 70 par exemple : immangeable. Pas suffisamment épicé, sans doute. Les statisticiens, ces cuisiniers du chiffre, ne s’en privent pourtant pas. Et n’y vont pas avec le dos de la cuiller ! Des sondages, des tests sont mis à l’épreuve des chiffres ! Il en ressort des tralées de chiffres à vous donner une indigestion. Des fourchettes hautes, des fourchettes basses et des moyennes mobiles, des médianes et des écarts-types ; Tout un plat ! Pour tempérer parfois les chiffres bruts des arrières-cuisines où bouillonnent les ordinateurs à la vapeur des algorithmes, les chiffres s’habillent de mots fumants : les chiffres flatteurs de l’emploi, les chiffres rassurants de l’inflation ou ceux encourageants des accidents de la route… A l’inverse, dans un souci de faire parler la vérité des chiffres, certains d’entre eux affichent une augmentation vertigineuse du coût de la vie, d’autres des résultats inquiétants des chiffres de l’inflation ou ceux catastrophiques de la lutte contre la criminalité. Des chiffres à vous jeter du
dernier étage de l’escalier !
Imaginez les haut-le-coeur auxquels les chiffres sont soumis ! Car, pour ceux qui en doutent encore, les chiffres ont un coeur. Est-ce la raison pour laquelle beaucoup de personnes passent leur vie à masquer les chiffres, pour épargner la triste réalité des chiffres ? Personnellement, j’ai passé de nombreuses décades de ma vie à jouer avec les chiffres ? Combien ? Je ne saurais les calculer, mais beaucoup, soyez en sûrs… Jusqu’au bout des doigts, j’ai jonglé avec les chiffres. Bien sûr, j’ai fait des additions salées, pour faire du chiffre. Puis je me suis soustrait au fisc et j’ai multiplié mes avantages. Sans oublier que j’ai divisé aussi. Pour mieux régner. J’ai calculé sans compter.
Désormais, les chiffres résultent d’ analyses savantes sorties d’intelligences artificielles. Ce n’est plus par 9 , (tout fiche le camp!), mais en voici cependant la preuve :
-Monsieur, vos chiffres sont mauvais . Vous avez 4 tumeurs cancéreuses au cerveau et 70 % de « chances » de mourir dans les 6 mois qui viennent, me dit tranquillement le médecin. Et moi, la froideur des chiffres me transperçant, je dois répondre :
– Quatre, Docteur ? Quatre ! Je m’en doutais : 4, ce n’est décidément pas mon chiffre. Avec la tête qu’il a le 4 ! Je le savais, et je n’aurais pas joué un ticket de loto ou de PMU sur le 4. Un chiffre qui me fracasse en mille morceaux. Les chiffres sont têtus. Et le 70, je ne vous en parle même pas…heureusement que je ne suis pas superstitieux.
Ah ! La violence des chiffres ! Le casse-tête des chiffres…
– Oui, Monsieur, dans votre cas, c’est le mot juste. … Les chiffres ont la vie dure … Mais il arrive parfois, que la courbe des chiffres se redresse. Courage.
-Merci, Docteur.
4, 70 et 6. Me voici dépositaire des trois chiffres- clés ! Les clés de la barrière des chiffres qu’il me faut libérer pour, moi aussi, tenter de me redresser, jusqu’à renverser l’échelle. L’échelle des valeurs de ces ordinateurs binaires, savants et tous-puissants qui ne connaissent que deux chiffres : le 1 et le 0 ! Et qui ne font aucune place à l’intelligence émotionnelle. Être ou ne pas être !…
Et puis, … c’est tout !

Yves 14 05 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s