La belle Allure! de Solange

La belle allure !
Tel un destrier chevauchant un pur Sang, sanglé dans son manteau de cuir fauve, la tête coiffée d’un bonnet de cuir également, qui cache ses oreilles et se boutonne sous le menton, les yeux protégés derrière ses lunettes de verre épais qui lui font une tête de mouche, on ne voit vraiment de lui que sa moustache conquérante en guidon de bicyclette «hirondelle»! Son imposante moustache qui cache bien la ligne de sa bouche, que l’on pourrait croire souriante, mais … qui exprime quand même, à son corps défendant une légère trouille devant sa propre audace…
Il se tient droit, le Camille, raide, bras tendus pour
maîtriser le volant un peu tremblant de son engin, et il lui faut de la force, beaucoup de force , pour diriger la «jamais Contente» et la mener jusqu’au record absolu qu’il s’est promis d’atteindre: 100k/h!!! Il ira peut être jusqu’à dépasser les 100 à l’heure, mais rien n’est moins sur! 100, c’est l’ultime vitesse, on ne l’a encore jamais fait!
Dans la presse l’évènement est annoncé depuis longtemps, les commentateurs sont partagés: les pour, les contre, évidemment!


Contre, les prudents, les sages les timorés:
Le corps humain supportera-t-il cette accélération extrême? On dit que le sang risque de se figer, que les poumons risquent l’explosion, que le cerveau ne peut pas réagir à cette vitesse, que des séquelles irréversibles et inattendues risquent
d’apparaître, etc.

Le dernier recordman, Gaston de Chasseloup avait atteint les 99,9 kms/h! Sur une route bien droite, bordée de platanes bienveillants. Les badauds l’avaient vu à l’arrivée, descendre de son engin, tremblant, hagard.
On l’aurait cru ivre! Pas de l’ivresse des cimes, mais bel et bien de l’ivresse de la vitesse!!! On s’était précipité, on l’avait soutenu, quasiment porté jusqu’au podium, chancelant, souriant béatement à la starlette délurée (à moitié dénudée : on lui voyait les mollets!!!) qui lui avait tendu le bouquet du gagnant. Il bégayait, louchait presque! Aux questions des journalistes il avait répondu par des propos incohérents, des borborygmes, des
bafouillements.
L’ivresse de la vitesse, vous dis-je ! Hélas, depuis, ce champion ne quittait plus son fauteuil que pour suivre des courses d’escargots dans sa véranda. Il avait fabriqué un escargodrome, et se faisait livrer une laitue chaque jour, en guise de carburant escargotique. Et voilà qu’on remettait ça !
Une telle vitesse, pourquoi? Après quoi court l’humanité? La vitesse qui surpasse la sagesse!le rythme des jours, des saisons…? Le temps de grandir, de vieillir, de laisser pousser la végétation etc… Si on commence, où s’arrêtera-t-on?


Pour? Les jeunes, les progressistes, les ingénieurs, les modernistes, qui fustigent les rabats joie, les frileux.
On vante l’audace et le courage de ces explorateurs d’une dimension si peu investiguée: la vitesse!
On se pâme devant ces engins extraordinaires: la «Jamais Contente», la «serpolet œuf de Pâques» et tant d’autres prototypes extravagants. Les ingénieurs s’enthousiasment de telles mécaniques, d’un tel déploiement du génie humain.
On imagine déjà des suites utopiques, des rêves impossibles: Paris Lyon en quelques heures. Vatel qui ne se serait pas suicidé parce que la marée n’était pas arrivée à temps  Le courrier distribué en 24 heures, des vies sauvées, etc etc…


Et voilà, le grand jour est arrivé. Monsieur Camille tente l’impossible aujourd’hui. Son engin est admirable : un cigare ventru, effilé aux deux bouts monté sur 4 roues. Pas de vitre de protection qui freinerait la vitesse et se remplirait d’insectes écrasés gênant la visibilité, un énorme volant qui demande beaucoup de
maîtrise et de force. Ca y est il est parti, crissant des pneus sur l’asphalte. La vitesse grimpe, peu à peu, la montée en puissance est régulière, progressive, le moteur ronronne, ça sent l’huile chaude, mais tout va bien. Les aiguilles des cadrans tendent vers le rouge, mais tout va bien. L’air se raréfie, mais tout va bien.
Monsieur Camille, stoïque, serre les dents, ouvre grands les yeux derrière ses hublots constellés déjà d’insectes écrasés qui brouille un peu la vue.
Heureusement, la route est droite, et les platanes au garde à vous, rendent hommage au héros. Et tout va bien.
Monsieur Camille aperçoit à peine les badauds groupés sur le trajet, qui l’acclament et l’applaudissent, il fonce droit, imperturbable. L’aiguille du compteur continue de grimper… Le véhicule commence à vibrer, ça chauffe! Le volant devient de plus en plus difficile à maitriser, mais tout va bien. Il continue. Il se sent envahi d’une allégresse intense, une excitation à peine contrôlable. Il va y arriver, il va battre le record absolu! Le 100 à l’heure ! Il jubile, et serre les dents encore plus fort: ne pas lâcher, ne pas lâcher !
99, 99,5, 99,9…. Ca y est, il a égalé le précédent record!
Ne pas lâcher, ne pas lâcher… Tous ses sens sont en alerte, il ne s’est jamais senti aussi lucide, aussi puissant…
un grand silence, un vide absolu… Il n’entend plus, ne voit plus rien.
Ca y est il a passé le mur du cent !!! Un peu groggy un peu déçu… Ca y est? Rien de plus ? Rien d’extraordinaire? Un calme intense l’a envahi.
Il va continuer, l’aiguille s’affole, grimpe toujours… Fasciné, il la regarde s’approcher du 101… il va le dépasser!!! Passé les bornes, plus de limites! se dit-il.
Trou noir… Au réveil, à travers les bandages qui enserrent sa tête, il distingue Gaston de Chasseloup, le précédent recordman des 99,9kms/h, champion actuel des courses d’escargots, qui veille sur lui. Sur la tablette de son lit d’hôpital, trône le cadeau de Gaston: un magnifique escargodrome, et une laitue toute
fraîche pour occuper ses longs mois d’immobilisation.

Solange le 12/05/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s