Le petit déjeuner par Géraldine

Le petit déjeuner.

Ah ce bon moment qu’est le réveil matinal et sa suite !

Je peux dire Roi réveil car il inaugure le reste de la journée. Je me tourne et retourne dans tous les sens sous la couette tellement bien à l’abri de l’extérieur. Comment quitter cette chaleur enveloppante ? « J’y vais ou j’y vais pas » encore 5 mn ….puis vient le moment d’ouvrir grands les yeux et de dire : « bonjour le jour ». C’est ma devise, mon entrée en matière, saluer cette journée pour la livrer aux heures à venir. Un pied puis un second sur le sol, le réveil du corps par quelques mouvements de Qi Qong et me voilà prête pour réveiller mes papilles gustatives. Voilà déjà un bon nombre d’années que j’ai découvert le miam, histoire de se nourrir sainement, et de voyager. Je l’ai adopté sans contrainte uniquement par goût, ses bienfaits ainsi qu’une note de plaisir.

Après le bol d’eau chaude, véritable nettoyage interne (on pense trop à la toilette extérieure mais pas intérieure à mon goût, mais chut…), je prépare les ingrédients.

Alors, si vous êtes tentés, laissez moi vous conter l’histoire du miam.

Il était une fois un médecin ( le Dr Kousmine) sensibilisée par l’importance de l’alimentation, les vitamines, les graisses sur la santé : « tout pour la forme », qui a conçu cette recette pour bien démarrer la journée.

Je choisis des fruits de saison afin de respecter leur rythme si possible, mais un peu d’exotisme ne nuit pas. En ce moment la pomme juste acidulée aux couleurs verte et rouge, hum sentez son acidité, touchez ses formes généreuses, une poire juteuse à la limite de la maturité, quelques petites fraises et un kiwi. J’allais oublier, la base est la banane mûre écrasée afin d’être mieux absorbée.

Ah je vous vois déjà les yeux écarquillés, les sens en éveil à l’ébauche de ce repas frugal invitant au voyage, celui des sens. Rien qu’en tenant un fruit on franchit les régions voire les continents. Ici notre pays, là l’Asie ou l’Afrique, ou les îles. Vous voyez ! dans mon assiette se trouve le monde, ses couleurs, sa langue ses odeurs, son goût, mon imagination.

J’ajoute selon mon humeur des cramberries, abricots secs aux couleurs foncées à la limite du brun.

Ah important ! des graines de lin et de sésame mixées puissants oméga qui donnent un petit goût particulier arrosées d’huile et d’un jus de citron. J’apporte au tout les noisettes ou amandes mixées selon mon humeur. Un bol de chicorée au goût rustique et le tour est joué.

Voilà tout est fin près, déposé dans une assiette colorée accompagné de musique douce pas vraiment dirigée mais surtout non agressive. Mon cœur au travers de mon oreille accueille facilement les Platters, Von Morrison, Bruce Springteen, Placido Domingo entre autres musiques dynamiques ou classiques mais non violentes. CD que je mets et remets à volonté. Non pas de nouvelles, ni météo si tôt. Laissons le temps au temps.

Il faut dire que le petit déjeuner pour moi est très important, je n’hésite pas à me lever plus tôt pour savourer cette prolongation de la nuit, légèreté du jour, ardeur du corps.

Bien, ce matin, en déposant mon assiette sur la table de la salle à manger quelle ne fût pas ma surprise de découvrir un objet incongru, la bande dessinée de Sylvain et Sylvette. D’où vient elle, quelle partie de mes souvenirs touche t’elle ? Un arrêt sur image me fait éprouver des sensations infantiles : joie, nostalgie, pincement au cœur et sourire. Le paysage de mon enfance me flanque une gifle du temps qui passe. Vite, je me renseigne, Dominique l’a retrouvée dans une malle en faisant du rangement et l’a déposée naturellement sur la table. Effet de surprise garanti, Sylvette avec son bonnet rouge et Sylvain chapeauté de bleu, deux aventuriers frère et sœur entourés d’animaux. Me revient encore les zz pour les je et chi pour les s. Histoires de voyage, du vivre ensemble dessinés par un humaniste. Un régal dont je ne me prive pas en dégustant mon miam. Tant de gratitude va vers Dominique d’avoir entendu l’histoire de mon enfance au travers de ces BD chères à mon cœur. Point de prise d’avion, de train, de cars, de voiture que nous ne possédions pas, juste une BD remplie de l’histoire d’animaux divers et variés avec leur langage, leur mystère et imperfection. Un monde en soi. Une vague émotionnelle gravit la mer des sentiments afin de me ramener des dizaines d’années en arrière. Je n’ai pas de rituel d’habitudes, ou chaque chose est à sa place et bien rangée. Tout est question d’homéostasie. Je me laisse porter par l’instant. Et celui-ci avec Sylvain et Sylvette surgit du fond de ma mémoire. Livre que je tiens jalousement à l’abri de l’écornement, de l’éraflure, des tâches et vieillesse de la main de l’homme. Ces BD héritage pour mes petits enfants afin de leur montrer que l’enfance et sa lecture ne vieillissent pas. Je les entoure du ruban de l’amour. Leur dire que la faune et la flore font partie de notre patrimoine depuis la nuit des temps afin de faire surgir en nous l’imaginaire, la sensualité et le désir de transmettre. Aurai-je réussi ? Tout est entre leurs mains.

Géraldine

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s