Chère Cathy, bonjour de Betty

Chère Cathy  bonjour ,
 
Comme d’ habitude, la veille au soir, je dresse la table du petit déjeuner du lendemain … Surtout ne rien oublier  :
la purée d’amandes,  le pain Essène , 2  ou  3 cuillères – grandes et petites – couteaux  bout rond,  bout pointu …la serviette et son rouleau …
Un rapide coup d’œil ,  voilà tout y est … fichtre, j’allais oublier …. l’eau dans la  bouilloire ….
Je peux prendre un livre, m’allonger et dormir … la nuit m’ attend.
 
Réveil en douceur, dans le lit quelques mouvements, des étirements,  bâillements
En esprit, je savoure déjà le café fumant dans la tasse …
Je pose un pied sur le plancher,…. brrr , un peu frais… puis le second  et direction la salle de bains pour les ablutions indispensables …
histoire de retarder l’instant des délices ….l’eau froide coule entre mes doigts, asperge mon visage  …. contact vigoureux avec la
journée qui s’ annonce … j’enfile, peignoir et pantoufles ……
Le jour filtre à travers les rideaux … j’aime cette demi-pénombre qui prolonge la nuit .
 
Je me dirige vers la cuisine  :  allumer sous la bouilloire,  sortir le beurrier du réfrigérateur,  le pollen du congélateur et
boire un grand verre d’ eau chaude .
Tout est en ordre de marche, je peux m’ asseoir.  Je verse l’eau bouillante dans ma tasse qui se colore de noir .
 
….. Mais quel est donc ce sac en papier, posé sur la table ?  Par quel sortilège  et à mon insu  !!!
je me lève, j’écarte les rideaux, … quelle surprise !   mais je le reconnais …avec ses épis de blés  blond doré,
petits pains grillés …. raisins et miel , tons mauve sur gris ….
mes papilles sont en émoi … je le sais ce crépitement de la croûte grillée qui craque sous mes dents …
 
je lis sur le haut du sachet  :  « le moulin du Pivert  »  les graines concassées, du lin, de l’orge, et  du seigle.
 
d’ habitude du pain Essène,   je dois me contenter .
Ce matin,  je butine les pollens des fleurs couchées sur le bas-côté du champ de blé  …
je deviens abeille, et je  fabrique le miel que  j’étale   sur l’objet de ma gourmandise …
et pour l’avoir déjà connu,  à la manière de PROUST et la petite madeleine … je savoure déjà le
petit grillé trempé dans le café, devenant tout moelleux …indicible instant ….
 
Les raisins de Corinthe,  se faisant désirer, m ont  transportée sur les coteaux de la Grèce, ainsi, ils
auront contribué à magnifier le rituel de mon petit déjeuner .
 
Douce souvenance !
 
Le temps,   les jardins partagés, le goût sublimé ,  le commerce équitable , les familles de producteurs protégées, et respectées ;
voilà ce que je souhaite pour les générations à venir .
 
— Betty —

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s