Poésies Isabelle B.

Dans mon jardin

Les feuilles de mon livre dansaient dans le vent

 

Dans le jardin, douce éclosion, sous le soleil

autour de la ruche, butinaient les abeilles

et mon chat assoupi, s’étirait sur le banc

 

Libellules et papillons fêtaient le printemps

telles des ballerines s’échauffant au réveil

Les feuilles de mon livres dansaient dans le vent

 

Flottaient dans l’air pur mille parfums envoûtants

 

Roses, muguets, ancolies, toutes pareilles,

s’élançaient gracieuses dans le bleu du ciel,

Mon esprit soudain léger, s’évadait en chantant

Les feuilles de mon livre dansaient dans le vent

 

Libre comme l’air

 

Les feuilles couvrent enfin les tronc déshabillés

Les racines se cachent, l’hiver est passé

Sous la mousse, la vie reprends son cours en beauté

L’arbre se dresse, fier des ses bourgeons rosés

 

Muguets, renoncules et douces ancolies

prêtent serment, en ce printemps de folie

furieuses les ombellifères jolies

ont envahi tous les chemins, gaiement fleuris

 

La nature explose en cette année troublée

Interdits de sortie, les amants rêvent d’été

Par la fenêtre, ils se lancent des baisers

Forets et bords de mer sont à leur portée

 

Emprisonnées dans leur serres étroites

Vertes les tomates sont presque moites

Le soleil chauffe, les plantes restent coites

chacun se sent seul dans sa petite boite

 

Sortir, courir et embrasser qui vous voulez

Cueillir des pâquerettes et des azalées

Au jardin, choisir ses fleurs pour faire un bouquet

sentir le jasmin , retrouver la liberté

 

Un feu d’artifice, les couleurs de la vie

Danser la valse dans tes bras, le paradis,

S’enlacer, se toucher et fondre en harmonie

et dire adieu à jamais à la tragédie

 

A cœur joie

 

Comme mon potager

est triste ce matin

Les limaces affamées

ont envahi chaque brin

 

Les fraises encore vertes

ont bien tristes mines

Les moustique alertes

ont gardé la ligne

 

Exercices au sol

pour tous les escargots

dans les vertes scaroles

violents comme un tango

 

Verdure des céleris

bien arrosés la veille

devenus canari

grillés par le soleil

 

Immense désespoir

apprenti jardinier

avant la juste gloire

combien de temps passé

 

les petites chenilles

attendant l’éclosion

savent ce qu’est la vie

avant d’être papillons

 

Amoureux des jardins

préférez la patience

humbles laborantins

admirez en silence

 

Plantes aromatiques

pour garder un espoir

parfums romantiques

enivrant l’air du soir

 

La nuit porte conseil

et rêverie si douces

et l’on voit o merveille

éclore les nouvelles pousses

 

Un jour, la coccinelle

dansant le charleston

apporte la nouvelle

Que la récolte est bonne !

 

Alors dans le jardin

pirouette le chat

fuit le lézard chagrin

et tous i à la salsa !

Isabelle B  8  Mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s